La mort n’est pas toujours mauvaise conseillère

Temps de lecture : quatre minutes et demi d’humour noir.

En cette fin d’année 1850, la campagne bretonne n’était pas des plus accueillantes. Les feuilles avaient rendu l’âme aux assauts du Dieu Éole. Et que dire quand la nuit recouvrait de son manteau froid cette campagne, et que le cliquetis d’une charrette au loin s’approchait. L’effroi était dans toutes les têtes. L’Ankou serpentait, semblable à une vipère dans les sentiers, cherchant une proie. Ce soir-là, alors qu’il cheminait ayant fait son office, un nid de poule fit sauter violemment sa carriole. Le mort qui était derrière glissa et tomba au sol dans un bruit sourd.

Pour lire la suite de cette nouvelle, il vous faudra acheter le recueil de vingt quatre nouvelles « 6000 signes espaces compris » publié par l’esprit livre : Lien vers Amazon

Si vous aimez, partagez...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *